Attelage de tradition à usage des âniers et des muletiers

Les Cahiers de l'Âne • 01/07/2014


Attelage de tradition à usage des âniers et des muletiers

De nombreux utilisateurs d’ânes et de mulets participent à des animations, fêtes traditionnelles et autres travaux à l’ancienne. Le principe de l’Attelage de Tradition est de s’appuyer sur l’histoire de nos régions, aussi voici quelques éléments pour ne pas se tromper dans le choix de matériel et d’accessoires.

TEXTE : JEAN CLOPÈS - PHOTOS : VALÉRIE THÉVENOT

Force est de constater que la multiplication de ces événements forts sympathiques entraîne malheureusement une profonde baisse de la qualité des tableaux présentés, qu’il s’agisse d’ânes bâtés ou attelés et quel que soit le type d’attelage. Cette discipline riche de l’histoire de nos campagnes et de nos villes mérite pourtant de l’attention et une certaine connaissance quant au choix du matériel et accessoires pour pratiquer l’attelage de Tradition.

Licol

Ainsi il est de plus en plus courant de voir sur des manifestations parfois de niveau national, des animaux affublés de « licols » en matière synthétique de couleur et achetés à bas prix chez des enseignes d’équipements sportifs. Ces accessoires, au-delà du manque de goût et de culture qu’ils représentent, sont aussi dangereux pour la santé de ceux qui les portent : brûlures en cas d’usage répété, matières plastiques nocives qui passent dans l’organisme avec la transpiration. De plus, leur manque de rigidité fait qu’ils sont moins faciles à mettre que les licols en vrai cuir. Peu avantageux pour le porte-monnaie du propriétaire, ils s’usent très vite, et donc finissent par revenir plus cher qu’un vrai « licol d’écurie » en cuir doublé avec alliances en métal.

Embouchure

Pour pouvoir lire la suite:
Mots clés tradition Clopès attelage