Alimentation de l'âne en pratique (partie 2)

Les Cahiers de l'Âne • 01/04/2014


Alimentation de l'âne en pratique (partie 2)

Notre précédente parution a traité du fonctionnement digestif physiologique des ânes et des notions théoriques en alimentation. Ces pré-requis constituent la base de la réflexion pour élaborer une ration correcte.

TEXTE : Dr VÉTÉRINAIRE JENNY HARY - PHOTOS : VALÉRIE THÉVENOT

L'objectif ici est de vous permettre de nourrir correctement vos animaux en évitant quelques erreurs courantes. Rassurez-vous l’âne est un animal plutôt facile à nourrir qui peut s’accommoder de choses simples, et le nourrir n’est pas une affaire de spécialistes.

Outils de réflexion

Les travaux de doctorat de deux consœurs réunissent des données bibliographiques récentes. Leurs enquêtes de terrain réalisées auprès de quelques éleveurs en France sont informatives. Les matières premières alimentaires et leurs valeurs nutritives sont regroupées dans un ouvrage de référence « Alimentation des chevaux » par l’INRA. Également à consulter « Alimentation du cheval » de Roger Wolter aux Éditions France Agricole avec des détails sur les foins et prairies.

Nourrir qui ?

Le premier élément à prendre en compte pour la gestion alimentaire d’un âne est son état corporel. Est-il maigre ou trop gros ? Plusieurs outils sont à notre disposition pour ce faire. On peut utiliser l’échelle qui permet d’approximer le poids à partir de deux mesures faciles sur l’animal. Des formules de calcul du poids existent également mais restent peu pratiques. Les critères de jugement de l’état corporel sont simples et réunis dans un tableau qui note l’embonpoint à partir de l’observation et de la palpation du corps de l’âne. C’est aussi le meilleur indicateur pour suivre un amaigrissement ou une  reprise d’état et se baser pour ajuster les apports alimentaires.

undefined

Eau

En pays tempéré un âne boit 5 à 10 litres d’eau saine pour 100 kg de poids vif et par jour. Il faut de l’eau propre toujours à disposition.

Énergie

Globalement environ -25% par rapport au cheval mais ceci surestime encore les besoins d’un âne. On a défini l’UFC « Unité Fourragère Cheval » qui vaut 2200 Kcal et correspond à la valeur de 1 kg d’orge standard à 870 g de matière sèche.

  • Besoins d’entretien - hors travail intense ou fin de gestation ou lactation :
    - 80 kilojoules, du printemps à l’automne, à 95 kJ en hiver par kg
    - ou 19 à 23 kilocalories par kg de poids vif par jour
    - ou environ 2000 Kcal pour 100 kg
    - ou 1 UFC pour 100 kg, pour un adulte en bonne santé.
Pour pouvoir lire la suite:
Mots clés paille orge minéraux vitamines blé alimentation CMV fourrage foin mélasse ration seigle avoine