Moi Jules, mulet de club

Les Cahiers de l'Âne • 01/05/2013


Moi Jules, mulet de club

Le muletier Serge Moro a cédé à sa fille Marion son centre équestre situé aux environs de Cahors. Parmi le piquet de chevaux, Jules, qui fait ici sa carrière en tant que mulet de club.

TEXTE ET PHOTOS : VALÉRIE THÉVENOT

Aujourd'hui âgé de 14 ans, Jules est né en Espagne d'une jument de selle et d'un âne commun. Arrivé dans le Lot à l'âge de 2 ans et demi, il rejoint l'écurie d'attelage et d'équitation extérieure de Serge Moro.
Marion est alors une toute jeune enfant. Son père a déjà à son actif le débourrage de plusieurs mulets et la confiance qui s’établit entre Serge et Marion avec Jules est assez remarquable. « Nous avons franchi toutes les étapes de son apprentissage ensemble. C'est un animal particulièrement à l'écoute et qui a un réel souci de bien faire. Quand on arrive au pré il se jette sur nous, il a vraiment envie de travailler » nous confie Marion. « Il s'adapte aux personnes qu'il a en face de lui, il marche à la même vitesse qu'elles si elles sont à pied, il ne les bouscule pas. Il est vraiment très attentif ».

Faire avec lui

undefined

Est-ce à dire qu'il fait aussi la différence entre un cavalier amateur et un cavalier plus aguerri ? « Oui ! Quand le cavalier est novice, il va tout faire pour qu'il ne tombe pas. Avec les enfants handicapés que je reçois, il est super bien ! » Parmi les anecdotes Marion se souvient de celle où deux de ses cavaliers sont tombés. Le premier durant une balade est déséquilibré par une branche. Le second sur un galop perd l'équilibre. « Les deux fois c'était rigolo à voir. Il se sentait fautif, il s'est mis un peu plus loin et s'est caché en nous regardant ! Je n'ai jamais vu ça avec les chevaux. Ils savent que le cavalier est tombé mais ça ne les perturbe pas, alors que Jules le vit comme un échec. »

undefined

Mais il a bien un défaut ce mulet ? Oui, il en a un. Avec les personnes qui vont le monter en force. Mais est-ce un défaut ?
Quelques cavaliers de club expérimentés ont tendance à trop vouloir s'imposer ce qui leur fait avoir une main dure alors que Jules est fin au niveau de la bouche. Il est extrêmement attentif aux humains ne les bousculant pas, en retour il demande à ne pas l'être par eux. Une question de respect réciproque mais qui manque parfois aux cavaliers un peu chevronnés qui oublient de nourrir « leur sens du cheval ».
Cette notion pourtant essentielle, et que Marion cherche à inculquer, est nécessaire si l'on veut évoluer dans cette discipline, la vivre et la ressentir pleinement. Car là est la difficulté, réussir un réel échange pour que chacun prenne plaisir à ce qu'il fait et donne le meilleur.
La mule n'est pas un cheval, même si ce dernier mérite tout autant le respect. Il faut être juste, faire les choses avec elle et pas contre elle, sinon de toute façon, on a perdu ! La défense de Jules sera alors de faire le contraire de ce qui est demandé. Le cavalier veut aller à droite ? Jules ira à gauche. « Il faut avoir une main de fer dans un gant de velours. S'imposer, oui, mais en restant délicat. Jules avec un très léger contact, fonctionne très bien. » nous répète Marion.

La polyvalence lui va si bien

À 25 ans, en janvier 2012, Marion reprend la structure de son père les écuries Les Hauts Ferrés. Proposer des randonnées est bien sûr un de ses objectifs mais ce qu'elle souhaite c'est développer toute la partie club. Sur la trentaine d'équidés présents, elle travaille un piquet d'une quinzaine de chevaux en ce sens et parmi eux Jules. « Il est passé au travail de club en rien du tout, comme pour tourner à la longe pour la voltige, c'était la première fois qu'il faisait cela. En fait, ça n'a été qu'une étape de plus pour lui. Avec toute l'expérience qu'il a acquise et la confiance qu'il nous porte, il n'y a eu aucune difficulté ».

undefined

Jules est en cela extraordinaire, il est ce que l'on appelle un mulet polyvalent. Il fonctionne très bien à l'attelage, il est devenu un bon « cheval de club », il saute quelques barres, il est un très bon compagnon de randonnée, il est une valeur sûre pour les enfants handicapés, il travaille en traction animale et depuis cet hiver il est devenu mulet de voltige. D'ailleurs la première séance l’a perturbé. Imaginez, les enfants qui montent sur son dos pendant qu'il tourne et en descendent aussitôt pour remonter sur lui et ainsi de suite. Au premier saut à terre d'un enfant, il s'est arrêté, inquiet d'avoir déclenché une chute. Mais en deux séances, il a compris ce que l'on attendait de lui. « Plutôt que d'écouter son instinct, il a écouté ma voix » nous dit Marion. Quant aux séances avec les enfants handicapés, il est idéal pour ceux qui ont un souci d'équilibre. « Il va attendre, ne pas bouger, il est très attentif quand on les remet en selle, peu de chevaux ici pourtant très gentils sont capables de donner cela ».

Une confiance réciproque

Écouter Marion parler de Jules est en fait un réel plaisir. Avait-elle détecté toutes ces qualités en lui avant de le mettre sur son activité club ? « Oui, parce que je le vois fonctionner depuis longtemps, mais je m'en suis encore plus rendue compte en le voyant fonctionner dans le club. Il est très apprécié par les tout petits et les ados, ils veulent tous le monter, il est rassurant. Il ne fait pas de mauvais coup, ne donne jamais de coup de cul et même s'il a un moment de joie, il se contient pour éviter toute erreur ».

undefined

D'un tempérament plutôt placide, là où il est le plus difficile à gérer c'est quand il travaille la terre en traction. « Il a vraiment envie d'y aller, de tirer. Arrivé en bout de ligne il tourne bien, mais il repart à chaque fois avec un peu trop d'énergie ! »

Autre constat, sa connaissance de beaucoup de mots. À l'attelage la voix est la première aide et des termes bien spécifiques sont utilisés. « On se fait d'ailleurs surprendre quand une personne dit à une autre « allez ! montez dans la voiture », Jules entend « allez » et le voilà qui donne l'impulsion de départ ! » Très à l'écoute, il est toujours aux ordres, prêt à bien faire.

Marion trouve Jules beaucoup plus expressif que ses chevaux, plus présent, il a vraiment une personnalité très attachante. Avoir pu l'éduquer tout jeune dans une confiance et un respect réciproques a permis à Jules de participer à toutes les activités et d'y faire sa place. Cela a demandé plusieurs années bien sûr, mais le résultat est vraiment étonnant. Maintenant, nous n'avons plus qu'à souhaiter le meilleur à tous ces compagnons de route où la passion n'est jamais très loin. Et puis nous souhaitons à Marion le meilleur dans ses projets personnels puisque c'est enceinte de son premier enfant qu'elle nous a reçu. L'heureux événement est attendu pour le 20 juin, un bel été en perspective. ■

JULES

MORPHOLOGIE
Plutôt un peu rond, il n'a pas de garrot et pas de colonne vertébrale apparente. Pour un cavalier bien en équilibre, la selle ne bouge pas. En revanche, si c'est une personne débutante un avant de poitrail et une croupière sont nécessaires pour éviter que la selle ne bouge. Et là où il est extra, c'est pour le monter à cru : il est si confortable !

NOURRITURE
Très rustique comme ses congénères ânes, il faut faire attention à l'embonpoint. Le foin est à volonté, qu'il travaille ou qu'il soit au repos. Quand il fournit des efforts régulièrement, il reçoit en plus une ration quotidienne de 2 litres d'orge aplatie.

CHOIX DU MORS
Marion utilise pour Jules et ses autres chevaux un mors droit à passage de langue car elle monte rênes longues. En revanche pour sa clientèle, elle fait mettre un mors simple à olive pour éviter que le mulet prenne tout dans la bouche s'il y a une action de main un peu trop dure. Les stagiaires apprennent plutôt à céder dans la main opposée à la direction à prendre. On veut tourner à droite ? On relâche la main gauche et on accompagne à la voix, et cela fonctionne très bien.

LES FERS
Le maréchal-ferrant adapte des fers pour chevaux. Moins arrondis, ils sont retravaillés plus droits à l'arrière, donc plus longs et un peu plus étroits. En pleine saison, Jules est ferré toutes les 3 semaines et en hiver selon la pousse de la corne.

Mots clés club équestre mulet Serge Moro Jules mulet de club