L'entretien d'une pelouse en traction asine - 2

Les Cahiers de l'Âne • 01/12/2013


L'entretien d'une pelouse en traction asine - 2

Dans le dernier article concernant l’entretien de la pelouse en traction asine, nous avons décrit les opérations de préparation et d’entretien automnal et hivernal. Et quand arrive la période de pousse de l’herbe... il faut tondre !

TEXTE : JEAN-FRANÇOIS COTTRANT - PHOTOS : ARMELLE COTTRANT

Pour que l’herbe soit bien drue et dense, il faut néanmoins que les conditions de pousse soient idéales. Nous ne parlerons pas ici d’arrosage mais plutôt des conditions édaphiques, c’est-à-dire du sol. La pelouse est essentiellement constituée de graminées dont les racines forment un tapis très compact. Cette « moquette » peut devenir imperméable à l’eau et surtout peut empêcher les échanges d’air entre l’atmosphère et le sol. C’est très néfaste pour la faune et la flore du sol qui s’appauvrit et ne peut plus gérer la décomposition des matières organiques mortes. Ceci amplifie le phénomène d’imperméabilisation.

La scarification

undefined

Il existe un moyen mécanique pour pallier cet effet, c’est la scarification. Manuellement (ou plus exactement pédestrement), elle peut se faire avec des chaussures à clous qui perforent la couche de racines. Autre solution, il existe des outils tractés par des ânes. Chez Les ânes du Gîte nous nous sommes équipés d’un scarificateur à dents en étoiles. Le principe est simple : les dents très acérées de chaque disque pénètrent sur une même ligne dans la pelouse. La largeur de travail est de 1,20 m. Le nombre de roues est de dix et il y a sept dents par roue. À chaque tour de roue, soit environ un périmètre de 70 cm, le scarificateur fait 70 trous espacés d’environ 10 cm.

À vide cet outil est très léger, donc très maniable. Il faut cependant le lester pour que les dents pénètrent dans le sol. L’idéal est une profondeur de 2 à 3 cm. Le lest dépend des conditions du sol. Par temps sec, la pénétration est quasi impossible. Plus le sol est mou, moins le besoin de lestage se fera sentir.

Cet outil peut être attelé derrière une voiture à deux roues avec une prise à œillet. Un âne le tire aisément à plat. Si la pente en montée est forte et le lest important, la traction devient difficile. Il faudra impérativement faire des séances courtes. Nous avons choisi de l’atteler derrière notre avant-train à limonière avec deux ânes. Un prochain article sera consacré à cet avant-train asymétrique.

Pour pouvoir lire la suite:
Mots clés âne Jean-François Cottrant émoussage traction animale pelouse