Apport de la traction animale en maraîchage

Les Cahiers de l'Âne • 01/06/2018


Apport de la traction animale en maraîchage

La majorité des tâches à effectuer en maraîchage est manuelle avec des outils simples. Certains maraîchers travaillent totalement en traction animale mais pour certains travaux, beaucoup de leurs collègues sont motorisés. Que peut apporter la traction animale dans ces systèmes déjà installés ?

TEXTE : JEAN-FRANÇOIS COTTRANT - PHOTOS : VALÉRIE THÉVENOT

Le maraîchage est une activité très technique qui demande une assiduité de tous les instants, un savoir-faire et une capitalisation d'expérience sur les saisons précédentes en plus d'une forme physique à toute épreuve car comme disaient nos grands-parents : « La terre est basse ».

Les travaux de maraîchage

Les grandes phases de l'activité sont la préparation du sol, les semis, l'entretien des cultures et la récolte.
Dans l'entretien des cultures on entend le désherbage, l'arrosage, le binage, la remontée des buttes (si on utilise cette technique culturale), et éventuellement éclaircir (dédrussir) et attacher les brins.
Si on est déjà équipé avec du matériel motorisé et que l'on pense passer progressivement à la traction animale, il faut d'abord envisager ce que l'on peut faire et les gains environnementaux, économiques et sociaux possibles.
Bien évidemment, ces derniers dépendront des cultures réalisées, du système de production et des capacités d'investissement.
Aussi, pour ne pas être dogmatique, nous prendrons quelques exemples avec des réflexions de stagiaires et de maraîchers installés en Limousin.

undefined
Pour pouvoir lire la suite:
Mots clés asine traction bio maraîchage animale