Des orties pour nos ânes

Les Cahiers de l'Âne • 01/05/2012


Des orties pour nos ânes

Les orties ont une action reminéralisante extraordinaire, tout en éliminant les toxines de l'organisme. L’âne en est friand. Alors quels sont les bienfaits de cette plante que l’âne perçoit tout naturellement ?

TEXTE & PHOTO : CAMILLE RISTORI

À l’annonce du printemps, les jeunes orties pointent leur nez. Ces orties, celles qui piquent, dites « grandes orties », et envahissent les abords de nos parcs ont une action reminéralisante ordinaire, tout en éliminant les toxines de l'organisme.

Les cures d'ortie étaient autrefois aussi populaires que celles de pissenlit pour « purger le sang » au sortir de l'hiver. Plante magique pourtant si banale, voire mal aimée… Mais l’histoire se renouvelle, l’ortie revient à l’honneur non seulement dans nos cuisines ou sur les tables prestigieuses des grands cuisiniers, mais aussi comme plante de base de notre pharmacopée, pour prévenir et soigner nombre de pathologies. Donnée en entretien, elle donne du tonus aux ânes âgés, aide les ânons en pleine croissance, les ânesses en lactation et les étalons en période de monte.

Les ânes ne mangent pas l'ortie jeune et fraîche, mais ils la consomment volontiers sur pied quand elle est vieille, ou fauchée, à l'état sec. J’ai connu un très vieux « Loulou », un cheval édenté, qui menait une vie libre et digne en mangeant très peu, nourri d’une bouillie concentrée à base d’orties au lieu de foin.

Des vertus de l’ortie

undefined

L’ortie est fortifiante. Elle « stimule » et détoxifie le sang, soigne faiblesse, épuisement, anémies, décalcifications (en bonne synergie avec la prêle). C’est une plante reconstituante vivement recommandée pour toutes les convalescences et suites de maladies toxinogènes, qu’elles soient d’origine infectieuse ou alimentaire.

Anti-inflammatoire et dépurative, elle nettoie le corps et les articulations, soigne ou soulage les douleurs et inflammations articulaires (arthrose, arthrite, rhumatismes). Dans ces cas, on peut l’associer à la reine des prés, au cassis, au curcuma ou à l’harpagophytum… Par son action dépurative elle contribue à la disparition des éruptions cutanées, eczémas.

L’ortie stimule les sécrétions digestives (lors des manques d’appétit ou insuffisance digestive). Galactogène, elle stimule aussi la production de lait. Donnée aux vaches, elle augmente non seulement la sécrétion lactée, mais aussi le taux de matière grasse du lait et améliore le goût du beurre.

Recettes

undefined

Tout simplement, fauchez vos orties ! Laissez-les sécher et vos ânes se disputeront pour les manger ! au grand bénéfice de leur santé. Les anciens la fauchaient deux fois l'an ou plus, et l’engrangeaient à part, la réservant aux animaux qui avaient besoin d’être bichonnés. Le foin d’ortie est même 2 fois plus riche en azote que la luzerne. La grande ortie est une plante très nutritive : riche en minéraux et en oligo-éléments, et en protéines (21 à 23 %).

Dose recommandée en phytothérapie : 30 grammes de plante sèche par jour pour un âne de 200 kg, en cure de 3 à 4 semaines.

Si vous n’avez pas la chance d’avoir des orties à disposition, Vous pourrez la trouver sous forme de plante séchée, d’extrait fluide ou de teinture-mère.

Séchage de l'ortie

Si possible avec un maximum de ventilation et d’ombre, pour une meilleure qualité, comme la plupart des plantes. 24 heures de séchage peuvent suffire pour la rendre utilisable, appétante et non urticante, mais pour la conserver elle doit bien sûr être parfaitement sèche.

Et pour nous, soupe d'orties

Cuire 100 à 200 grammes de têtes d'orties fraîches dans un litre d'eau salée, avec trois pommes de terre moyennes. C’est tout. Mixer…et c’est prêt !
Avec un peu de beurre ou de crème fraîche... c'est un régal ! ■

Pesto d'ortie aux noix, petits chaussons printaniers, lasagnes aux orties et à l'oseille :
vous pouvez retrouver les recettes d’Anne Brunner sur http://blogbio.canalblog.com.

Mots clés ânes orties toxines recette ortie foin d'ortie soupe d'ortie soins phytothérapie